Aménagement intérieure

Les différentes techniques de pose de parquet

Les différentes techniques de pose de parquet

En plus de son rôle pratique, qui est de faire office de surface sur lequel on est constamment en contact, le sol d’une maison fait également partie intégrante de la décoration intérieure d’un foyer. Le choix du revêtement de sol à mettre en place doit donc tenir compte des critères pratiques et esthétiques. Et en parlant de revêtement de sol élégant et solide, le parquet semble remplir les critères nécessaires. Le parquet, fait partie des revêtements de sols les plus appréciés des particuliers et ce, pour plusieurs raisons. En plus de son élégance et de sa praticité, le parquet est également apprécié pour sa facilité de pose. La pose de parquet peut être effectuée en suivant différentes techniques relatives au type de parquet à installer.

Les points à prendre en compte

La technique de pose d’un parquet dépend essentiellement du type de parquet choisi et de l’usage de la pièce dans laquelle il est installé. Elle peut également varier en fonction du support du revêtement et de la configuration des lieux. Et avant l’installation, il est obligatoire de procéder à la préparation du support sur lequel le parquet va être posé. Celui-ci doit être propre et parfaitement plat pour assurer l’uniformité du sol une fois la pose terminée. Il faut également s’assurer que le support en question soit bien sec afin d’éviter la décomposition rapide du bois qui constitue le parquet. Une fois la surface prête, il ne reste plus qu’à élaborer un plan de pose et se munir du matériel nécessaire.

La pose clouée

C’est la technique de pose la plus courante pour la mise en place d’un parquet. Il s’agit également d’une technique traditionnelle de pose et est souvent réalisée pour la pose de plancher en bois massif. Cette technique consiste à clouer perpendiculairement les lames de bois sur des pièces de bois scellées. Ces pièces de bois, appelées lambourdes sont généralement collées sur une dalle en béton ou bien clouées sur des solives en bois. Afin d’optimiser l’isolation, ces solives sont placées sur une sous-couche isolante, ce qui implique une surélévation de quelques centimètres du niveau du plancher. Bien que sa réalisation puisse exiger un certain temps, la pose clouée a néanmoins le mérite de créer une structure à la fois solide et durable.

La pose collée

La pose collée est également une technique très répandue en ce qui concerne la pose de plancher. Elle est généralement utilisée pour la mise en place d’un plancher massif mince ou d’un parquet contrecollé. Elle consiste à coller des lames de bois sur une surface plane, qui peut être une chape de ciment, un carrelage, sur une dalle de béton ou même sur un ancien parquet. La pose collée peut également inclure la mise en place d’une sous-couche isolante. Cette technique est particulièrement adaptée aux sols chauffants et sa réalisation doit être confiée à un parquetier professionnel afin d’éviter toute erreur de manipulation. Il est également important de noter que la pose collée est exclusivement réservée à un projet d’aménagement intérieur, sous peine de se confronter à une détérioration rapide du bois qui forme le plancher.

La pose flottante

La pose flottante est une technique qui consiste à clipser ou à coller les pièces de bois entre elles, sans que celles-ci ne touchent le sol, d’où l’appellation « parquet flottant ». C’est une technique très répandue que ce soit en neuf ou en rénovation. La pose flottante est adaptée à tous les types de supports, y compris la chape de béton, un parquet ancien, un carrelage, un sol en PVC, ou encore des panneaux de fibres de bois. La mise en place d’une sous-couche est également conseillée afin d’optimiser la qualité de l’isolation. La pose flottante est généralement effectuée pour les planchers contrecollés et les planchers stratifiés. En plus de son efficacité et de sa facilité de pose, cette technique a également l’avantage d’être peu coûteuse.

Post Comment